Le Char triomphal de l’antimoine

             I

LE GRAND ŒUVRE

         A manipuler le mercure

         Mes doigts inhumains devenus

         Transparents et chastement nus

Je méduserai la nature

         Le lion vert est ma monture

         Et pourquoi me bouderais-tu

         Sel démasquant toute vertu

         De ceux que la chair défigure

         Ma main dans la gueule du feu

         Et sur les balances de l'eau

         Mon cœur mordu par l'élément

         Je me dissous alertement

         Revêtu de mon seul halo :

         Naître et n'être qu'insulte à Dieu

                   II

             AZOTH

         Dans l'arbre où chante le pendu

         L'œuf de Saturne choit du nid

         Et roule jusqu'à l'infini

         Brisant les cercles défendus

         Tyran qu'innocemment je sers

         Le métal est un grand dément

         Je le libère imprudemment

         Qui de nous deviendra le cerf ?

         La rose naît du minerai

         Du poisson s'élève l'esprit

         Que j'adore et dévorerai

         O démiurge sans abri

         Le feu d'Egypte me nourrit

         Et le roi rouge m'apparaît

                            III

         

             L'ARBRE SEPHIROTH

         Dix sont les fruits aux bras de l'arbre Séphiroth

Dix  les métaux du corps recelant la Splendeur

Dix  les sels de l'esprit nourriciers de la Fleur

Qui prépare mon âme aux puissances d'Azoth

La pomme du pouvoir rondit en mon cerveau

Et le vin de mon cœur inspire l'Infini

Les yeux de l'émeraude aux yeux de chair unis

Allumeront en moi les fibres du Flambeau

Descendez Séraphins l'escalier vertébral

Où la nèfle du foie et le soufre natal

S'oxyderont un jour pour créer la Beauté

Cèdre de ma Rigueur Arbre de Royauté

Par tes racines monte un alcool jamais bu

Ta Couronne me ceint du suprême attribut

                            IV

                      LE  FOU

Ne narguez pas le Fou

Qui tourne dans vos têtes

Son chien chasse le loup

Malheureux que vous êtes

L'âne à musique

Exaucera vos quêtes

Son délire tabou

Etoilera vos fêtes

Ami du soufre blanc

L'aveugle le voyant

Fait fondre le soleil

L'obscur sage dissout

En plomb le pur vermeil

Et fait d'amants des fous

                           

                            V

                         RAZIEL                                                              

         

         Sur les vingt-deux piliers de l'alphabet hébreu                                    

         Raziel construit de Verbe une immense officine

         Où le mercure chante et l'oiseau se calcine                                 

         Exorcisant la pierre apprivoisant le feu

         Soixante-douze noms de l'innommable dieu                         

         Au langage arrachés : par le quartz qui fulmine      

         De voyelles un prisme et l'oeil de cornaline

         De lumière et de cris quel appel périlleux                         

         " EL " fait-il " ELOHIM " peinant avec la hache

         Avec la fraise avec la diable avec la clé

         Moine de l'antimoine et magicien du blé

         

         Raziel le séducteur flattant ce qui se cache

         Il assigne il épelle il chante de sa tour

         Soixante-douze noms et devra mourir sourd

                            VI

         LE  SEMEUR   D'HEXAGONES

Le tambour du soleil sonne

A mon front de Lucifer

Chaque saison me couronne

Tantôt d'or tantôt de fer

Paysan de l'hexagone

Aux semailles de l'hiver

Neige miel ou belladone

Je cultive l'univers

L'étoile aux six yeux me toise

Des bas-fonds d'une turquoise

Où grésillent mes vieux os

L'eau qui brûle dans les rhombes

Du cristal traverse en trombe

Mes chairs par mille réseaux

                   VII

         TRANSMUTATIONS

         Quelle est la harpe d'azur

         Vive aux abîmes du Hartz

         A mettre un regard si pur

         Aux yeux biseautés du quartz

         La montagne frissonna

         Aux pas des renards charmés

         Dans les prismes des grenats

         Saigne mon œil enfermé

         Nourri des étés de chrome

         Un feu couvé dans ma paume

         Donne naissance à l'oiseau

         Au soufre des passiflores

         Mon sommeil se décolore

         Et mon chant calme les eaux

                   VIII

L'OEUF PHILOSOPHIQUE

La nuit velue ayant pondu

L'œuf de mon crâne - couvaison

Du jaune de ma déraison

Le soleil en mon œil fondu

Bientôt l'oiseau libéré du

Poème oubliant sa prison

Fait bondir les quatre horizons

Mon cœur n'est plus qu'un résidu

Plumage-prisme aux sept couleurs

Ame allumée aux sept douleurs

Tout être se transfigurant

Echappe à sa mesure d'oeuf

Vers l'univers surgi tout neuf

Hors de la coque du néant

                        IX

LA  ROSE  DES  ROSES

Rose de chair grise en ma tête

Rose-roue au moyeu des âges

Rose des vents et des tempêtes

Tournez tournez pour mon outrage

Rose à lots des mauvaises têtes

Rose noire des charbonnages

Rose-œil des forêts désuètes

Rose-astre enceinte de présages

Rose saadi rose sadique

Rose humaine des Olympiques

Rose-eau dansant sur son écho

O miracle qu'une rose ose

S'ouvrir sous mon regard d'hypnose

Ma racine de Jéricho

            X

                   LE 

Dé ! démence du dieu

En son cube incubé

Avant qu'il soit tombé

Cœur calme au noir milieu

De ses vingt-et-un yeux

Hublots illuminés

Dardant les condamnés

Il chiffre leurs enjeux

1 verbe solitaire

2 noce des contraires

3 règle et nombre d'or

4 dieu mis en cage

5 main d'ambre du mage

6 lasso de la mort

                   XI

         LA  FILLE  CHASTE  D'HÉRACLITE

         Figuier de feu ! Rosier d'ÉPHÈSE

         La  fille  chaste  d'Héraclite

         Une comète en chaque orbite

         S'érige en monument de braise

         Masque maudit de la fournaise

         Tes seins soleils roussis s'effritent

         Tes oiseaux attachés s'agitent

         Guêpier de feu que rien n'apaise

         Fourmis de feu dans tes fourrures

         Chiens de feu riant aux morsures

         Malheur aux beautés ioniennes

         Harpe de cendre ! Mandoline

         De feu ! Musique à jamais tienne !

         En toi tout pense et te calcine !

             XII

         LILITH

Lasse de ta lourde origine

Vaine quêteuse de l'oubli

Lilith a fui le double lit

Ah volupté d'être androgyne

Ah délice du pur délit

Quand sur ton coursier qui s'échine

Ton unique sein se calcine

Haletant devant l'hallali

Dans les broussailles du désir

L'abîme devenant abri

Impatiente d'en finir

Tombeau du chaste colibri

Ton cœur délirant de gémir

Enfante le mal de l'esprit

           XIII

     MEMNON

Pierre tu vengeras la pierre

Scellée en un néfaste Non

Perpétuel ô pur Memnon

De ta souffrance lapidaire

Captif une main de lumière

Vient te frapper d'un double son

Quand l'aurore surgit de son

Abyssale et morne tanière

Ébranle-toi grave statue

Plus puissante de t'être tue

Dans ta matrice souterraine

Ton granit suant un sang rose

Accepte sa métempsychose

Guitare d'or à voix humaine

                     XIV

ARMOIRIES DE LA PAROLE

Les mots sont les luisantes haches

Pour creuser le puits d'une plaie

Et répandre le sang qu'on sache

Convoité par les roseraies

Un mot jeté dans la balance

Fait déborder le lac qui stagne

Le fléau devient une lance

Et fait s'écrouler la montagne

Sous l'aile immanente de l'aigle

Aveugle je ne m'approprie

Que par le chant l'âme du seigle

Cent soleils dans ma panoplie

Mais les barreaux de l'écriture

M'ouvrent les bans de la nature

                  XV

CHANSON DE PARACELSE

Avec le sang de l'ellébore

J'ai guéri la démence

Il faut cueillir la mandragore

Au pied de la potence

Les pendus versent leur semence

Pour pervertir l'aurore

La lune donnera naissance

Au prince de phosphore

Du lac gelé de l'émeraude

Jaillit un regard qui corrode

Ma vérité de léopard

Que nul tyran ne m'inféode

Etends sur moi ta main Vieillard

Impénétrable du Zohar

         LE CHAR TRIOMPHAL DE L'ANTIMOINE

Editions Hémisphères, Paris 1949